Comptes bancaires et épargnes : lequels vous conviennent le mieux ?

Connaître ses besoins et ses habitudes sera le différentiel lors du choix de la banque et du compte à ouvrir. Avant de prendre votre décision, gardez à l’esprit votre profil de consommation, cela vous évitera de payer des frais non utilisés si la banque vient à vous facturer. Comprendre le fonctionnement de la banque est le meilleur moyen d’économiser de l’argent. Une autre façon d’économiser en matière de comptes bancaires est de faire une liste de tous vos mouvements au cours du mois, de l’opération et de la quantité. Si vous avez un compte dans une banque, il suffit de regarder le relevé, vos notes doivent contenir les dépenses avec : émission de cartes de crédit, feuilles de chèques, retraits, transferts.

Le compte à vue : pour les opérations journalières

Le compte à vue, aussi appelé compte courant, sert à gérer vos finances au quotidien. Autrement dit, vous en avez besoin pour effectuer un virement, retirer de l’argent, activer des domiciliations et payer avec votre carte de banque. En général, c’est sur ce compte que vos revenus sont versés. Il peut par exemple s’agir de votre salaire, de vos allocations et de vos remboursements. Selon votre situation, vous avez la possibilité ou non de passer en négatif. Concrètement, comment utiliser un compte à vue ? Si vous en désirez un afin de régler vos achats, vous devez disposer d’une carte de débit  ou d’une carte de crédit. Sachez que cette dernière peut être associée à n’importe quel compte à vue belge et peut déterminer le montant à payer pour un compte spécifique. Pour réaliser un virement, vous avez trois possibilités : le faire manuellement, exécuter un ordre permanent ou une domiciliation. En termes d’avantages, le compte à vue vous permet d’effectuer vos opérations bancaires au guichet de votre agence et en ligne, depuis votre ordinateur, votre smartphone ou votre tablette. Souvent, les banques proposent une formule qui, en échange d’un forfait annuel, vous octroie des services standards et un nombre limité de transactions. Dès que vous dépassez le nombre fixé, vous payez chaque transaction réalisée. Vous n’adhérez pas à ce mode de fonctionnement ? Vous pouvez alors opter pour un compte à vue assorti d’un forfait minime, voire inexistant. La majorité de vos opérations seront dans ce cas tarifées à l’unité, ainsi que chaque carte utilisée. Son atout ? Vous payez uniquement les services bancaires que vous avez choisis au moment où ils vous sont utiles. Notez tout de même que certaines banques mettent à disposition des comptes à vue a priori gratuits. Gare toutefois aux frais qui vous seront facturés sous certaines conditions ! Par exemple, si vous retirez de l’argent à un distributeur appartenant à une autre institution financière. Sachez aussi qu’il existe des comptes à vue réservés à l’internet banking. La plupart du temps gratuits, ils vous obligent à gérer votre argent en ligne. Une alternative idéale pour les personnes qui veulent éviter les frais de gestion et de dossier et qui ne souhaitent pas être épaulées dans leurs placements. Mais là aussi, soyez attentif : avec ce genre de comptes, il est possible que vous n’ayez pas accès à tous les services. Cela est particulièrement vrai pour le Self banking qui vous permet d’effectuer vos opérations bancaires quotidiennes aux automates des agences.

Le compte d’épargne : disponible en permanence

Le compte d’épargne vous permet d’accumuler des intérêts sur les fonds que vous avez épargnés pour vos besoins futurs. Les taux d’intérêt peuvent être composés sur une base quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou annuelle. Les comptes d’épargne varient en fonction des frais de service mensuels, des taux d’intérêt, de la méthode utilisée pour calculer les intérêts et du dépôt initial minimum.

Le principe du compte d’épargne est simple : il est là pour que vous puissiez constituer une réserve d’argent. Celle-ci peut par exemple vous servir à faire face à des dépenses imprévues ou à financer vos projets. En échange de la somme mise de côté, votre banque vous paie une rémunération : les intérêts. Par conséquent, ce type de produit vous rapporte de l’argent et vous incite à économiser. Pourquoi ? Tout simplement parce que votre épargne est utile à la banque ! En effet, cette dernière peut en profiter pour réinjecter votre capital dans l’économie sous forme de crédits aux ménages. Parlons maintenant des avantages. Votre compte d’épargne est toujours à votre disposition : vous pouvez y verser de l’argent ou en retirer à tout moment. Autrement dit, dès que vous avez besoin de fonds, vous pouvez en transférer sur votre compte à vue. Ce virement est primordial car le compte d’épargne n’est lié à aucune carte de paiement. De plus, il n’est pas possible, sauf dans de rares cas, de verser directement de l’argent vers le compte d’un tiers. Si vous désirez épargner, sachez que plusieurs types de comptes d’épargne existent : les comptes d’épargne pour une garantie locative (comptes d’épargne bloqués); les comptes d’épargne classiques; Les comptes d’épargne logement ; les comptes d’épargne pour les jeunes et les comptes d’épargne pour les bébés. Avant d’en ouvrir un, prenez le soin de bien lire les conditions écrites dans la fiche d’information. Cette dernière indique notamment si vous devez ou non déposer un montant minimum sur votre compte ainsi que le taux d’intérêt et les éventuels frais à payer. Par ailleurs, généralement, avec un compte d’épargne, vos intérêts ne sont pas taxés.

Le compte à terme : un placement bloqué

Le compte à terme vous convient si vous désirez épargner et que vous n’avez pas besoin de la somme versée pendant une certaine période. Pourquoi ? Parce que le compte à terme impose une durée. Celle-ci varie habituellement entre 1 et 10 ans. Et plus elle est longue, plus l’intérêt est élevé. Par rapport à un compte d’épargne, vous gagnez donc plus d’argent avec ce type de produit. Cependant, il vous sera demandé de placer un montant minimum qui, selon les banques, peut être important. Par ailleurs, sachez que généralement, vous recevez les intérêts du compte au terme du contrat.

Le compte-titres : parfait pour investir

Le compte-titres, c’est le support obligatoire dès que vous investissez dans des actions, obligations, bons de caisse ou fonds. En effet, vous devez en détenir un pour gérer en Bourse vos placements, c’est-à-dire vos titres ou valeurs mobilières, ainsi que pour passer des ordres sur les marchés financiers. L’atout de ce système ? La sécurité qu’il offre ! Auparavant, lorsque vous achetiez par exemple des actions, vous receviez un simple papier. En cas de vol ou de perte du document, quelqu’un d’autre pouvait donc se le faire rembourser ou encaisser à votre place les intérêts. Dorénavant, ce risque ne se présente plus.

Le compte individuel : un seul titulaire

Le compte individuel est le compte le plus fréquemment rencontré. Ouvert au nom d’un unique titulaire, il permet à chacun de gérer ses ressources et ses dépenses. La personne responsable est donc la seule à pouvoir agir sur ce compte sauf si elle autorise un tiers de confiance à y accéder. Pour ce faire, elle doit lui fournir une procuration et il pourra de cette façon réaliser certains types d’opérations. Pour ouvrir un compte individuel, vous pouvez vous rendre au guichet de la banque ou passer par son site web. Vous devrez présenter une pièce d’identité, un justificatif de domicile ainsi qu’apposer votre signature sur une convention de compte. Ce dernier document constitue simplement le contrat passé entre votre banque et vous.

Le compte commun : pour plusieurs personnes

Le compte commun, aussi appelé compte joint ou compte collectif, consiste en un compte bancaire ouvert au nom de plusieurs personnes. Celles-ci deviennent alors coresponsables des opérations effectuées et sont solidairement engagées sur la totalité des dettes si le solde du compte est débiteur. Autrement dit, lorsque l’un des cotitulaires fait passer le compte en négatif, la banque peut demander à tous de rembourser les sommes dues. Ce type de compte peut être ouvert par des personnes n’ayant aucun lien de parenté. Par exemple, des amis louant ensemble un appartement et partageant le loyer et les charges. Cependant, il est davantage connu pour être utilisé par les couples, qu’ils soient mariés ou non, afin de gérer les dépenses du quotidien ou réaliser des projets à deux. Quant à la clôture du compte commun, elle ne peut avoir lieu sans l’accord de tous. Pas question donc de résiliation unilatérale. De même, si une personne ne souhaite plus être cotitulaire, toutes les parties doivent signer un formulaire pour acter ce changement. Selon les banques, il peut même arriver que cette opération soit irréalisable.

Comment éviter les escroqueries et les fraudes financières ?
L’épargne programmée : de quoi s’agit-il et comment fonctionne-t-elle ?