Que faut-il savoir sur le crédit-bail à valeur résiduelle ?

La valeur résiduelle est un élément essentiel des contrats de crédit-bail. Cette formule permet à une entreprise de louer du matériel (outils de bureaux, véhicules de transport, matériels de travaux publics etc).

Le location de la valeur résiduelle est-il utile ?

Il est incontestable que la location d’un véhicule peut vraiment valoir la peine. En effet, elle offre non seulement une mensualité gérable et une grande flexibilité, par exemple en ce qui concerne le versement ou non d’un paiement spécial ou même le retour, généralement simple, après la fin du contrat de leasing.

Le crédit-bail est également convaincant en raison du large éventail d’options de crédit-bail qui, prises individuellement, ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients. Outre les options plus coûteuses comme la location à long terme, le leasing au kilomètre et le leasing de la valeur résiduelle sont très répandus et également très populaires.

Toutefois, les deux options suivent initialement un seul et même modèle de leasing. Le loueur ou la société de leasing vous fournit, en tant que locataire, un véhicule à usage temporaire. Le loueur a acheté ou financé ce véhicule à un prix (achat par le concessionnaire). Vous lui versez une indemnité de leasing pour vous avoir donné la voiture et parce qu’elle sera utilisée pendant la période de leasing convenue de 2 à 3 ans et qu’elle perdra donc de la valeur.

Ainsi, en tant que locataire, vous indemnisez le bailleur pour la perte de valeur, c’est-à-dire la différence entre le nouveau prix et la valeur résiduelle à la fin de la durée du bail. Il existe également des facteurs tels que la prime de risque, la marge bénéficiaire et les intérêts. Tous ces paramètres sont utilisés pour calculer la mensualité du crédit-bail, y compris le versement final. Toutefois, le facteur décisif est la valeur résiduelle calculée du véhicule loué à l’issue du contrat. En pratique, deux méthodes sont utilisées pour calculer la valeur résiduelle : le leasing kilométrique et le leasing de la valeur résiduelle.

Comment fonctionne la location kilométrique ?

La base de calcul de la valeur résiduelle et donc aussi du taux de location est le kilométrage annuel que vous indiquez en tant que locataire, par exemple 10 000 ou 20 000 km. Plus vous conduisez, plus le véhicule loué perd de la valeur en raison d’un plus grand nombre de défauts et d’une plus grande usure. Cela signifie que la différence entre le prix d’un véhicule neuf et sa valeur résiduelle augmente, et par conséquent le taux de location.

Néanmoins, le leasing au kilomètre offre une possibilité assez transparente, notamment parce que vous, en tant que locataire, pouvez assez bien estimer le nombre de kilomètres que vous allez parcourir par an. En outre, il est possible d’ajuster annuellement le kilométrage à la hausse ou à la baisse et donc de recalculer les taux de leasing – à la hausse ou à la baisse et en tout cas avec l’avantage de ne pas être confronté à un épouvantable dernier versement en fin de terme ou même d’avoir la perspective d’un paiement rétroactif.

Pièges et astuces de location de la valeur résiduelle

Le leasing de la valeur résiduelle fonctionne indépendamment du kilométrage, car dans ce cas, la valeur résiduelle du véhicule loué est calculée par la banque de leasing sur la base de facteurs beaucoup moins transparents et pas toujours prévisibles. Nombre de ces paramètres ne peuvent être influencés par le locataire.

À la fin de la période de leasing, la banque de leasing veut revendre le véhicule à un certain prix, c’est-à-dire à la valeur résiduelle. Toutefois, il est maintenant possible que, pendant la période de location de 2 à 3 ans, le marché des rendements de location s’effondre ou que certains modèles soient rappelés par les fabricants. Ce sont autant de facteurs qui influencent la valeur résiduelle de manière considérable et sans l’influence du locataire.

Indépendamment de cela, le locataire doit payer la différence entre la valeur résiduelle calculée et la valeur résiduelle réelle à la fin de la période de location sous la forme d’un versement final élevé. Ainsi, même si le taux de location pour le leasing de la valeur résiduelle peut parfois être plus favorable que pour le leasing au kilomètre (notamment parce que les sociétés de leasing veulent fixer un prix attractif pour cette forme de leasing), il est toujours plus cher au final en raison du paiement ultérieur élevé.

Reprise de location pour la location kilométrique et la location de la valeur résiduelle

Vous pouvez reprendre des contrats de leasing encore en cours – sur la base d’un leasing kilométrique ou d’un leasing de valeur résiduelle. Il est préférable de décider au cas par cas quelles offres sont les plus attrayantes et quelles constellations sont les plus intéressantes et les plus rentables. Une chose est sûre : en reprenant un contrat de leasing de kilomètres courants, on a moins de chances d’être surpris par le retour de paiements supplémentaires sous la forme d’un versement final élevé.

D’autre part, la valeur résiduelle du leasing en soi ne doit pas être mauvaise ou plus coûteuse. En particulier dans le cas de véhicules loués dont la valeur est très stable, la différence entre la valeur résiduelle initialement calculée et la valeur résiduelle réelle peut également être plus faible. En outre, des facteurs tels que l’usure, les dommages et le développement du marché des voitures d’occasion ou des retours de leasing jouent naturellement aussi un rôle décisif. Dans ce cas, il est utile de consulter un expert indépendant avant le transfert définitif du contrat, de faire constater avec précision les dommages et défauts éventuels et de faire rembourser ou créditer la moins-value qui en résulte.

L’observation du marché des voitures d’occasion peut également être utile pour estimer ou exclure partiellement des taux finaux plus élevés. Néanmoins, la location au kilomètre présente également l’avantage que vous, en tant que nouveau locataire, pouvez simplement garer le véhicule chez le concessionnaire ou le loueur à la fin du contrat – sans aucune obligation d’achat, avec la possibilité d’un leasing complémentaire ou d’une offre d’achat intéressante et sans avoir à vous soucier de devoir chercher un acheteur par vous-même ou de devoir acheter la voiture vous-même à la fin du contrat.

Les 8 conditions à connaître pour un prêt hypothécaire
Peut-on emprunter en toute sécurité dans une entreprise fintech ?