Comment réussir son investissement immobilier en assurance vie ?

Réussir son investissement immobilier en assurance vie

L’immobilier et l’assurance vie font partie des placements préférés des Français. Désormais, certains acteurs offrent aux épargnants la possibilité d’allier ces deux investissements. À cet effet, ils leur proposent des contrats d’assurance-vie avec des fonds immobiliers. Découvrez dans cet article toutes les clés pour réussir le mariage de ces deux supports de placement.

L’intérêt d’effectuer un investissement immobilier en assurance vie

L’assurance vie reste un placement attrayant aux yeux des épargnants. Elle leur offre notamment un cadre fiscal privilégié. Toutefois, avec les rendements annuels en baisse des fonds en euros à capital garanti, beaucoup de particuliers s’orientent vers d’autres alternatives. L’immobilier locatif, de son côté, attire lui-aussi les investisseurs. C’est un des investissements les plus rentables et les plus sécurisés du moment. Toutefois, le ticket d’entrée relativement élevée nécessaire, ainsi que les contraintes liées à la gestion immobilière (gestion des loyers, des impayés, des vacances locatives, etc.) dissuadent beaucoup d’investisseurs.

Le mariage de ces deux placements permet de ne profiter que de leurs avantages. D’un côté, passer par l’assurance vie est une excellente alternative quand on ne dispose pas d’une somme conséquente pour financer une opération immobilière, ou encore pour se dispenser des contraintes de gestion. Et de l’autre côté, avec un investissement immobilier, votre contrat d’assurance vie bénéficie de meilleurs rendements comparés à ceux offerts par les fonds en euros. Ceux-ci varient en moyenne de 5 à 7 % par an, contre environ 2 % pour les fonds en euros. Ainsi, ce choix d’investissement vous permet d’allier avantages fiscaux de l’assurance vie et belles performances de l’immobilier. Si vous êtes déjà un détenteur d’un contrat d’assurance vie, les conseils des professionnels tels que Julien Vautel vous aideront dans l’arbitrage de vos fonds afin d’optimiser la performance de votre investissement.

La pierre papier pour investir dans l’immobilier via l’assurance-vie

Pour mettre de l’immobilier dans votre assurance-vie, vous devez opter pour un contrat multi-support. Par la suite, vous accédez à une palette de supports au choix vous permettant d’investir dans la pierre. Parmi ceux-ci, on retrouve la pierre papier constituée par les fonds SCPI et les fonds OPCI.

Les SCPI ou Sociétés civiles de placement immobilier acquièrent des biens immobiliers tertiaires tels que des locaux d’activité, des centres commerciaux, des bureaux en recourant aux fonds propres des particuliers. Pour ce faire, elles leur vendent des parts. En fonction de leur capacité financière, les épargnants achètent ainsi une ou plusieurs parts. Les biens gérés par les SCPI sont par la suite mis en location. Grâce aux loyers perçus, elles reversent à chaque investisseur une quote-part du revenu locatif. Ce dernier est généralement distribué trimestriellement. Ce support d’investissement offre un rendement net de 4 à 5 % et vous épargne des soucis de gestion liés à l’immobilier locatif.

Les OPCI ou Organismes de placement collectif immobilier sont une autre alternative de placements appartenant à la famille de la pierre papier. Tout comme les SPCI, ces organismes acquièrent aussi des immobiliers professionnels en vue de les mettre en location. En revanche, la proportion de l’investissement varie de 60 à 90 %. Les OPCI conservent ainsi au minimum 10 % de liquidité afin de pouvoir répondre aux éventuelles demandes de sortie des investisseurs. Ces parts conservées sont investies sur d’autres produits financiers ou monétaires exposés en bourse.

Ainsi, si vous souhaitez investir exclusivement en immobilier, privilégiez les SCPI. Ces dernières offrent par ailleurs plus de sécurité. 

Les OPCVM, des fonds immobiliers pour doper votre assurance vie

Les OPCVM ou Organisme de placement collectif en valeurs mobilières aussi vous permettent d’ajouter de l’immobilier dans votre contrat d’assurance-vie. A cet effet, vous avez le choix entre deux fonds, dont les Sicav et les FCP. La principale différence entre ces deux supports d’investissement est d’ordre juridique. Si une Sicav (sociétés d’investissement à capital variable) peut être autogérée, c’est-à-dire qu’elle peut être administrée dans passer par une société de gestion, cela n’est pas possible pour un FCP (fonds communs de placement). Mais dans les faits, ces placements ont les mêmes fonctionnements.

Avec les OPCVM immobiliers, vous placez votre argent en Bourse, en achetant des valeurs performantes directement exposées au secteur immobilier. Il peut s’agir de foncières de bureaux, de commerces ou encore de foncières qui se spécialisent dans le résidentiel. Avec les SICAV immobilières, vous pouvez aussi investir dans des SIIC ou sociétés d’investissement immobilier cotées.

Choisir le bon contrat d’assurance vie

Pour réussir votre investissement immobilier en assurance vie, il est essentiel de trouver le meilleur contrat. Pour ce faire, renseignez-vous en premier lieu sur les différents frais relatifs au contrat. Cela comprend les frais d’entrée, les frais sur les versements et les frais d’arbitrage. Certaines compagnies proposent de contrats dénués de tous ces frais. En ce qui concerne les frais de gestion annuels, optez pour le contrat offrant un taux réduit. Pour certains contrats, ce dernier est seulement de 0,5 %. Ainsi, pour un investissement réussi, prenez le temps de comparer plusieurs contrats. N’hésitez pas à recourir aux conseils et accompagnements des experts à l’instar de julien vautel pour être certain de ne pas vous tromper.

Épluchez également les conditions générales du contrat afin d’éviter les mauvaises surprises. Intéressez-vous sur les clauses du contrat. N’ignorez pas les astérisques qui renvoient à des explications en bas de page. Il est essentiel de bien comprendre les modalités d’investissement immobilier avant de souscrire un contrat d’assurance vie.

Les principaux atouts de l’investissement en SCPI
Conseils pour devenir rentier