80% de banques en moins d’ici 2030: mythe ou réalité ?

Une nouvelle étude prévoit que 80 % des sociétés de services financiers établies disparaîtront ou deviendront insignifiantes d’ici 2030.

Au cours des dix prochaines années, selon une prévision récente du cabinet d’analystes Gartner, 80 % des entreprises de services financiers en place dans le monde vont soit disparaître, soit perdre leur pertinence. Les raisons en sont de nouveaux concurrents, un changement de comportement des clients et les progrès technologiques. Beaucoup d’institutions n’existeront que formellement, mais ne participeront plus effectivement à la concurrence. Les plates-formes numériques mondiales, les entreprises FinTech et d’autres nouveaux acteurs s’emparent de leurs parts de marché et utilisent les technologies numériques pour modifier les fondamentaux et les modèles commerciaux du secteur financier.

Manque de transformation holistique

David Furlonger, le vice-président responsable de l’analyse, se réfère à l’enquête Gartner CEO Survey 2018. Selon cette enquête, les PDG des fournisseurs de services financiers continueraient à viser la croissance des revenus, tout en donnant la priorité aux améliorations de l’efficacité et de la productivité.

Cela suggère que la numérisation est considérée principalement comme une automatisation des canaux et des transactions, et que les banques se concentrent sur l’optimisation des affaires plutôt que sur une transformation holistique, dit-il.

Pete Redshaw, également vice-président du Gartner, estime que cela est dangereux car cela sous-estime le degré de changement que la technologie numérique apporte au secteur financier. Le secteur des services financiers est particulièrement vulnérable aux perturbations provoquées par les nouveaux concurrents numériques.

En outre, les technologies émergentes (telles que la chaîne de blocs) offrent d’autres possibilités de transformation en créant la confiance entre des parties qui ne se connaissent pas, sans intermédiaires tels que les sociétés financières établies. De même, des algorithmes peer-to-peer intelligents peuvent, par exemple, mettre en relation directe les emprunteurs et les prêteurs sans qu’une banque ait besoin de faire office de médiateur.

Les banques doivent adapter leurs modèles commerciaux

Selon Gartner, les banques seraient confrontées à un risque alarmant de faillite si elles s’en tenaient aux modèles commerciaux et opérationnels du XXe siècle. Les fournisseurs de services financiers établis devraient aller plus vite dans le domaine du numérique et construire des plates-formes numériques ou identifier des produits et services de niche appropriés pour les distribuer sur d’autres plates-formes.

La transformation numérique du secteur à ce jour est largement un mythe, car la pensée, les processus et les structures institutionnels sont maintenus, selon David Furlonger.

La plus grande erreur des fournisseurs de services financiers est de se concentrer trop sur l’aspect technologique. Il est plutôt important de développer d’abord une vision numérique et de se fixer des objectifs. Ce n’est qu’alors qu’il est possible de réfléchir de manière sensée à la manière dont une organisation peut être dirigée là-bas.

Le cabinet de conseil Oliver Wyman avait déjà présenté des scénarios similaires pour le marché bancaire allemand et avait prédit une baisse du nombre d’établissements de crédit allemands, qui passerait du niveau actuel d’environ 1 600 à un nombre compris entre 150 et 300. Les auteurs de l’étude ont donc abordé les questions critiques posées par le blog de la banque et ont justifié leurs considérations. Selon eux, le facteur décisif est que les banques devront revoir et réajuster leur modèle d’entreprise afin de rester pertinentes.

Trois options pour les banques gagnantes

Gartner voit trois options pour les 20 % de banques gagnantes:

  • Fournisseurs de plateformes : Cinq pour cent auraient la possibilité de devenir des entreprises dotées de leur propre plateforme numérique et d’utiliser sa portée, son infrastructure à faible coût et les informations sur les clients pour créer de nouvelles offres et pénétrer de nouveaux marchés.
  • Finances : 15 pour cent du groupe gagnant offrira des services financiers traditionnels dans des domaines de produits individuels en tant qu’entreprises spécialisées ou filiales de néo-banques. Ils participeront à des plateformes numériques mais ne les posséderont pas.
  • Fournisseurs de niche : En raison des coûts considérablement réduits rendus possibles par les plateformes numériques, 80 % des fournisseurs traditionnels agiront en tant que courtiers de services. D’une part, pour les groupes de clients de base qui n’étaient pas auparavant des clients rentables. D’autre part, en tant que fournisseurs de services de conciergerie avec des offres groupées pour les personnes fortunées.

Différentes vitesses

La vitesse de cette transformation numérique dépend en partie de la réglementation des services financiers, des caractéristiques démographiques et du comportement des clients, selon Gartner. Ces facteurs varient d’un pays à l’autre. Dans certains pays, une réglementation conservatrice entraverait l’innovation, tandis que d’autres, comme l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Inde ou le Royaume-Uni, auraient recours à la réglementation pour accélérer la transformation.

Quel est le réalisme du scénario catastrophe ?

Pour cette analyse de Gartner, l’expert financier britannique Chris Skinner déclare : “Cela me rend fou parce que c’est complètement absurde. Bien qu’il estime lui aussi que de nombreuses banques se sont arrêtées par le passé, notamment en ce qui concerne leurs systèmes bancaires de base. Mais il considère le comportement du client comme une constante. Selon M. Skinner, personne ne changerait de banque sans nécessité, à moins que la banque ne fasse faillite ou qu’il y ait un incident particulier dans la relation avec le client, comme un prêt non autorisé. L’hypothèse selon laquelle quatre clients de banque sur cinq changeraient d’établissement au cours des dix prochaines années est totalement irréaliste.

Stephen Bird, PDG mondial de Citibank, a commenté l’analyse dans le même sens. Les banques doivent faire attention à ne pas disparaître comme les dinosaures juste parce que les conditions environnementales changent. “L’avantage de 200 ans d’histoire bancaire, cependant, est que nous avons appris, en tant que noyau de notre personnalité, à réinventer régulièrement notre ADN pour survivre”

Et Benjamin Hung, PDG de la Standard Chartered Bank ajoute : “Les besoins des clients n’ont pas changé en principe. Ils veulent gérer et faire fructifier leur argent et leurs finances de manière simple et sûre. Ce qui a changé, c’est la manière dont ces besoins sont satisfaits face aux changements technologiques.”

Nous ne devrions pas passer les banques par pertes et profits

Les commentaires critiques sont à approuver. En particulier, l’ADN d’une banque est une base importante pour le succès de son activité. Les institutions financières n’auraient qu’à (re)rappeler de temps en temps que leurs origines se trouvent dans les affaires des clients et que la résolution des problèmes des clients est leur véritable objectif commercial.

Et il y a un autre facteur important : des analyses comme la présente donnent l’impression que les banques ont déjà renoncé. Ce n’est en aucun cas le cas, comme l’ont montré les projets de numérisation de ces dernières années. Les institutions établies ne se contentent pas de rester sur la touche et de regarder les autres marquer. Elles jouent le jeu et elles sont mêmes en infériorité numérique pour le moment. Et même si le ballon est rond et que parfois tout ne se passe pas comme le coach le souhaite : un match a toujours 90 minutes et n’est terminé que lorsque l’arbitre siffle.

Paiement électronique, vers un monde sans argent liquide
Que justifie l’insatisfaction élevée chez les jeunes clients des banques ?