Pourquoi les banques font le choix de la dématérialisation ?

dématérialisation

L’ère du business sur internet entraîne un changement de paradigme tant sur le marché des services financiers que du côté des clients. De nouveaux fournisseurs, dont beaucoup sont des sociétés FinTech, entrent sur le marché avec des offres de produits et de services. Celles-ci se sont adaptées aux nouveaux besoins des clients : en ligne et disponible immédiatement. Cela est particulièrement évident dans le secteur du crédit. Offres en ligne entièrement automatisées pour des prêts à la consommation avec signature digitale, des prêts de rééchelonnement ou des financements de voitures ne sont que quelques exemples qui illustrent la direction prise. Une fois que les clients sont habitués à ce service numérique, ils l’attendent comme une évidence dans d’autres domaines d’activité, tels que les prêts aux entreprises. Voici donc les raisons qui poussent les banques à faire le choix de la dématérialisation.

Les banques ont beaucoup de retard à rattraper

Selon plusieurs études, seuls quelques établissements bancaires ont pris conscience des possibilités de croissance offertes par la dématérialisation, notamment en matière de simplification des tâches administratives avec la normalisation de la signature électronique. Lorsque 48 banques européennes ont été interrogées à la fin de 2015, seuls 17 % ont déclaré avoir atteint un niveau élevé de dématérialisation tant sur le plan juridique que commercial. Les banques traditionnelles doivent repenser leur stratégie commerciale et réaliser des investissements substantiels dans les technologies numériques. Les FinTechs, les fournisseurs de télécommunications et les services de paiement des géants de la technologie ont lancé la révolution digitale. Les banques établies sont confrontées au risque de manquer le coche si elles n’exploitent pas pleinement le potentiel des outils numériques. D’où l’intérêt qu’elles portent à la dématérialisation. Dès lors, malgré un démarrage tardif, la tendance est claire puisque 82 % des entreprises du secteur financier travaillent sur une stratégie numérique.

L’objectif principal de ces entreprises est d’augmenter la rentabilité, de créer plus de liberté pour le développement de nouveaux produits et l’optimisation des processus en éliminant les processus manuels. La perspicacité par la perspective d’une efficacité accrue est désormais en droit le maître-mot. Dans leurs premiers pas vers la dématérialisation, les banques se sont jusqu’à présent principalement concentrées sur les activités moins complexes de la banque de détail. Les opérations de paiement, le négoce de titres ou l’octroi de crédits aux particuliers sont déjà traités numériquement dans de nombreux établissements financiers aujourd’hui et mis à la disposition de l’utilisateur via une interface sur internet. L’étape suivante vers le secteur beaucoup plus étendu des prêts aux entreprises, c’est-à-dire la banque d’entreprise, s’avère plus complexe, alors que c’est précisément dans ce domaine que de grandes opportunités restent inexploitées grâce aux processus automatisés.

La dématérialisation du processus de prêt aux entreprises

Le processus de prêt aux entreprises se caractérise, entre autres, par la diversité des demandeurs, leurs caractéristiques et les produits qu’ils demandent. Qu’il s’agisse d’une société ou d’une organisation à but non lucratif, d’un groupe de clients affiliés ou d’une entreprise à évaluer individuellement, qu’il s’agisse d’un prêt d’investissement, d’une ligne de carte de crédit globale ou d’un financement structuré avec dix syndicats, tout cela relève du domaine des prêts aux entreprises. Si l’on ajoute à cela des structures de garantie à plusieurs niveaux, des objets de financement spéciaux (par exemple, des avions, des navires ou des biens immobiliers commerciaux) et un long historique de relations avec les clients avec les accords spéciaux correspondants, on obtient des flux de processus particulièrement exigeants en termes de connaissances. Les flux de processus complexes se composent d’un nombre particulièrement élevé de sous-processus et d’étapes de travail individuels et différents.

Afin de générer des flux de travail plus rapides et plus efficaces, le facteur clé de succès est donc de faire en sorte que les étapes de travail respectives se déroulent aussi bien que possible – un soutien technologique ciblé est un élément crucial à cet égard. Il est important de garder à l’esprit que les structures et les circonstances complexes sont soumises à des changements constants (nouveau cadre juridique avec des règlements supplémentaires, nouvelles instructions de travail et spécifications internes, etc.). Réagir avec souplesse et rapidité à ces ajustements est un facteur concurrentiel décisif. Il est donc important de disposer non seulement d’un “processus maître” défini une fois pour toutes, mais aussi d’une architecture de solution intelligente. La possibilité de réutiliser, de combiner et d’adapter les composants de la solution fonctionnelle sont des caractéristiques décisives. De cette manière, un modèle de crédit numérique structuré de manière appropriée garantit la viabilité future des processus développés, notamment via la signature digitale.

L’évolution du secteur du crédit avec la dématérialisation

Le secteur du crédit est caractérisé par un processus de changement continu, notamment sur le plan du droit. Les risques accrus en matière de prêts, la diminution des marges d’intérêt avec la concurrence croissante des nouveaux acteurs du marché et les coûts de traitement élevés dans le back-office pèsent sur les résultats de nombreuses banques. En outre, les clients sont de plus en plus exigeants en ce qui concerne les délais de traitement et les services offerts tels que le paiement mobile. Le cadre juridique augmente aussi progressivement les exigences en matière de gestion des données des prestataires de services financiers. Une décision de crédit qui, par le passé, pouvait encore être traitée par le savoir-faire spécifique d’employés expérimentés, nécessite aujourd’hui la prise en compte d’un grand nombre de paramètres supplémentaires.

Pour répondre aux demandes des clients, qui souhaitent une plus grande transparence et des processus décisionnels plus rapides dans ces conditions, la dématérialisation et la mise en relation des informations sont essentielles à long terme. Ce n’est que de cette manière que les décisions de crédit peuvent être considérées dans le contexte de l’ensemble de l’historique du client et que des décisions soutenues par le système peuvent être prises. Par exemple, il est ainsi possible de prendre en compte les paramètres d’un prêt d’entreprise lié en cours pour un financement privé à venir.