Conseils pour devenir rentier

Devenir rentier

Pouvoir vivre de son patrimoine et ses investissements n’est pas une perspective uniquement réservée aux plus fortunés. Tout à chacun peut espérer y parvenir, à condition d’être malin et particulièrement méthodique. Comment devenir rentier ? Quels sont les investissements les plus intéressants pour y parvenir ? Vous trouverez toutes les réponses à ces interrogations en prenant connaissance des informations contenues dans le texte ci-dessous.

Le secteur de l’immobilier

Pour devenir un jour rentier, investir sur le marché immobilier reste une stratégie efficace. Vous choisirez plus particulièrement le marché locatif qui laisse entrevoir les possibilités de rentabilité les plus élevées. En tant que propriétaire, vous percevez alors des loyers qui constitueront vos revenus. Il faut également savoir que les possibilités de défiscalisation sont nombreuses, ce qui explique en partie le fort intérêt des investisseurs.

Pour vous éviter une gestion fastidieuse au quotidien de vos biens immobiliers, vous pouvez faire les choix de les acquérir à travers des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI). Elles promettent de plus des rendements bien plus élevés qu’un investissement solitaire. Vous réduirez également de manière importante le risque d’échec, notamment grâce à la diversification de votre portefeuille de biens.

L’assurance-vie

L’assurance-vie figure elle aussi parmi les meilleurs moyens de devenir rentier. Pour tous ceux qui sont à la recherche d’un placement à long terme (au moins 15 ans selon les experts), il s’agit indéniablement de la meilleure solution actuellement. Grâce à elle, vous constituerez un capital qui augmentera au fil du temps avant de pouvoir le transmettre par la suite. Comme le marché de l’immobilier, l’assurance-vie est un placement donnant droit à de nombreuses déductions fiscales.

Elle séduit particulièrement les personnes actives, désireuses d’anticiper l’inévitable baisse de revenu provoquée par un passage à la retraite. Ce placement est sûr pour tous les contrats ayant été souscrits sur les fonds en euros. Il est possible d’inclure au moment de la signature du contrat une clause de sortie en rente. Celle-ci donne droit au versement d’une somme d’argent selon un rythme prédéfini (mensuel, trimestriel ou annuel). Son montant demeure variable et est calculé en fonction du montant de l’épargne, de l’âge du souscripteur et de son espérance de vie.

Le Plan Épargne Actions

Si vous parlez de votre projet à votre conseiller bancaire, il y a de fortes probabilités pour que ce dernier vous oriente vers un Plan Épargne Actions (PEA). Les établissements bancaires sont en effet particulièrement intéressés par ce genre de produit qui associe un compte d’espèces avec un compte-titres. Du point de vue du souscripteur, le PEA permet de se constituer un portefeuille comprenant des valeurs mobilières, sous forme d’actions dans une très large majorité des cas. D’autres alternatives restent également possibles, n’hésitez pas à en parler avec votre conseiller.

Grâce au PEA, un investisseur peut choisir le “mode de sortie”. Pour espérer devenir rentier, vous opterez alors pour une sortie en rente viagère. Le calcul pour en déterminer le montant ressemble fortement à celui appliqué dans le cadre de la souscription d’une assurance-vie. Il faut toutefois reconnaître que les PEA disposent d’un avantage non négligeable en comparaison avec l’assurance-vie. En effet, les revenus générés par une sortie en rente viagère ne pourront pas être comptabilisés pour le paiement de l’impôt. Il s’agit donc d’une possibilité de plus pour vous de réussir votre investissement via le PEA.

Les EHPAD

Depuis quelques années, une nouvelle stratégie d’investissement séduit de plus en plus. Il s’agit des investissements en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). Vous n’êtes pas sans savoir que d’ici moins de dix ans, le nombre des personnes ne pouvant plus rester à leur domicile va exploser. Il est donc primordial de construire des structures adaptées permettant de les accueillir en toute sécurité. C’est pourquoi les projets de construction se multiplient sur l’ensemble du territoire. Les sociétés qui en assurent la gestion sont donc à la recherche de fonds permettant de financer les travaux. Ce phénomène explique pourquoi elles ont besoin de solliciter de plus en plus les investisseurs particuliers.

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que, désormais, les investisseurs désireux de se tourner vers la pierre ont également la possibilité d’acquérir une ou plusieurs chambres d’un EHPAD. Pour rendre le procédé encore plus attractif, le législateur a pris la peine d’accompagner le dispositif de plusieurs mesures d’incitation fiscale. Le propriétaire de la chambre percevra alors un loyer, versé non pas par l’occupant mais bien par la société qui gère l’établissement. Comme pour n’importe quel autre type de location, la signature d’un contrat de bail s’impose entre le propriétaire et la société gestionnaire.


Les principaux atouts de l’investissement en SCPI
Comment faire opposition N26 ?