Comprendre le fonctionnement du crowdfunding immobilier

Le financement participatif ou crowdfunding, très en vogue aujourd’hui, n’a cessé de séduire les investisseurs depuis son apparition. Eh oui, le crowdfunding fait déjà partie intégrante de l’économie en France.  Ce type de financement a déjà fait ses preuves dans de nombreux domaines, dont l’immobilier bien sûr, d’où le crowdfunding immobilier.

Tour d’horizon des rouages du crowdfunding immobilier

Le crowdfunding immobilier s’agit d’un concept permettant à ceux qui désirent investir dans l’immobilier de se regrouper sur une plateforme spécialisée en ligne dans le but de procéder au financement de diverses opérations immobilières. Pour ce qui est du promoteur immobilier, le crowdfunding immobilier s’agit d’une bonne alternative aux emprunts bancaires. C’est parce qu’avec la banque, en plus des contraintes qui sont rigoureuses, le porteur de projet ne pourra surement pas bénéficier de la totalité de la somme dont il a besoin pour amorcer son projet. Alors qu’avec le crowdfunding, il pourra collecter les fonds nécessaires auprès des investisseurs particuliers. Puis, une fois le programme achevé et commercialisé, généralement estimé entre 12 et 24 mois, le promoteur est tenu de restituer aux investisseurs l’intégralité du capital emprunté y compris les intérêts qui peut aller de 8 à 15% selon la nature et la maturité du projet.

Comment le promoteur peut-il lever des fonds ?

En ce qui concerne le porteur de projet ou le promoteur, il a normalement deux recours possibles pour collecter les fonds dont il a besoin via la plateforme de crowdfunding en ligne : soit en invitant les investisseurs à devenir actionnaires dans sa société, soit en émettant des obligations auxquelles les investisseurs pourront souscrire. À l’inverse d’une action, une obligation découle du crowdlending. Elle s’apparente plutôt à un prêt financier. Du coup, les investisseurs ne pourront pas gouverner l’entreprise qui a émis les obligations. Dans ce sens, le promoteur est tenu de rémunérer ses investisseurs. L’obligation ne sera donc pas impactée par la rentabilité du programme. Rentables ou pas, en souscrivant à des obligations, les investisseurs peuvent bénéficier des intérêts dont le taux est fixé à l’avance. Qui plus est, le capital sera remboursé in fine, c’est-à-dire exactement à la date d’échéance fixée en amont.

Le crowdfunding immobilier, c’est du gagnant-gagnant !

Promoteur et communauté d’investisseurs peuvent trouver leur propre intérêt en crowdfunding ! Le promoteur peut obtenir rapidement les fonds demandés tandis que les investisseurs peuvent bénéficier d’une plus-value particulièrement attractive une fois le projet aboutit. Qui plus est, l’emprunteur n’est pas obligé de présenter une garantie en demandant des fonds auprès des investisseurs particuliers. Et comme l’investisseur ne deviendra pas propriétaire du bien, aucun effort de gestion n’est donc nécessaire pour se procurer des revenus. Bien sûr, il n’achète pas le bien mais plutôt les titres de créance.

Comment investir dans l’immobilier grâce au crowdfunding ?
Dans quel type de crowdfunding investir ?